l'archipel du funambule du 4 juin au 30 août 2014 à la Maison d’Art Bernard Anthonioz.

Le mur d’enceinte qui longe la Maison d’Art Bernard Anthonioz ne laisse rien deviner de ce qui se passe au-delà. Partant de ce constat, Danièle Gibrat a envisagé un projet spécifique pour le lieu qui «ouvre» sur le parc et donne à voir ce qui est habituellement caché. Utilisant comme surface d’accrochage, le mur mais également les trois grilles

qui interrompent le déroulé monotone de l’enceinte, Danièle Gibrat a produit un ensemble inédit d’oeuvres. Ainsi, se retrouvent sur les grilles, l’expérience cinétique de grands dessins, comme un clin d’œil aux clichés-verre de Corot; et sur le mur lui-même, là où d’ordinaire le regard du passant bute, une succession de tirages, des collages mêlant photos et dessins. Avec la volonté de rendre tangibles les conditions de l’apparition des images et de montrer qu’imaginaire et subjectivité habitent notre vision, l’Archipel du funambule esquisse de possibles interprétations d’un paysage le plus souvent ignoré du promeneur. En évoquant ce qui se trouve au-delà, le projet trace une sorte de géographie sentimentale, celle d’un archipel imaginaire.

­

Recent Posts
Archive